JANE’S ADDICTION" Strays Tour " 25/10/2003 Elysée-Montmartre, Paris.

C'était l'histoire d'un coup manqué, d'un différé de rien du tout. Réaliser l'importance de Jane's Addiction au moment du premier album de Porno For Pyros.
Un peu comme découvrir MacCartney avec Ram ou Lennon en légume velu sur Give Peace A Chance... Il s'en était fallu d'un cheveu. D'une dreadlock.
Les disques-témoignages : un live de rodage, deux albums studio: trois raisons de s'énerver sur les micro-réformations stériles du groupe qui essaimèrent la deuxième moitié des années 90 et les side-projects à oublier d'urgence ( Navarro intérimaire chez les Red Hot + un album solo ridicule / Farrell assommé par son divorce se déguise en DJ... ).
De quoi se la passer au tisonnier pour rendre l'affaire supportable.
Mais j'ai pas l'accessoire... Appart parisien = cheminée condamnée = Tisonnier superflu.
Il y a des années comme ça, on devrait détester le rock, on se tirerait moins la tronche.
Damned.
Pourquoi me souviens-je d'une après-midi à poireauter Gare du Nord ?
Parce qu'un Eurostar retardé me pousse vers le Relai H pour y faire l'acquisition du mensuel le plus tenace de la presse musicale. C'est bien les News, on apprend plein de trucs : " Machin a fait une OD; il échange ses excuses au propriétaire de la seringue contre une liberté conditionnelle... Super Blaireau s'est pété une clavicule en slammant vers un public empêché par les embouteillages... Jane's Addiction lance une monstre tournée aux États-Unis avant d'entrer en studio, l'album se nommera Hypersonic... Britney vomit son plateau-repas sur le vol Los Angeles-Melun... "
Eurostar retardé: + 40 minutes.
Tout juste, le Londres-Paris était bien à la bourre de ça.
Les Jane's, eux, n'étaient pas à attendre dans un hall de gare; une paire d'années s'affichèrent au panneau des arrivées. Une paire d'années à faire le compte de leurs petites compromissions, des fautes de goût supposées qui forcément entacheraient les pistes d'un album auquel on avait fini par croire autant qu'au retour du King. Avec moins d'ardeur.
Après tout Eric Avery se complaisait dans la soupe mainstream et avait tendu bien haut le plus long des doigts de sa main droite à l'intention du trinôme original quand l'heure de la nouvelle reformation avait sonné. Et puis beaucoup de cheveux manquaient à l'appel.
Nous on n'avait jamais pu dissocier l'aura sexuelle de Perry de la collection de rubans effilochés qui agrémentaient ses tentacules méchées.
Rien à faire. On ne tendrait ni les fesses, ni le porte-monnaie.
Oui mais “ Qui A Bu blahblah “.
Strays, pas Hypersonic.
Strays, c'est Jane's. Post Jane's. Still Jane's.
Buzz exceptionnel, les échos de la tournée font état d'un groupe qui remet toutes les pendules et les tableaux d'affichage à l'heure. A la leur.
Ils se ré-installent sur le trône, les jambes écartées.
C'est déjà l'évidence à l'aube du 25 octobre.
Supporter les Star Spangles, énièmes avatars de la new-garage-rock-economy; c'était ma façon de faire pénitence: " St Perry, je regrette d'avoir douté... Mea Maxima Culpa... "
Fervente, la pénitence. Et inspirée; mes yeux tombent sur la setlist négligemment balancée près de la console-lumière... Non, syntax error; je ne parviens pas à faire le lien entre les titres déchiffrés et la promesse qui me semble faite sur l'instant...
Perry-la-cochonne se fera désirer jusqu'au bout; c'est Dave Navarro le premier qui s'offre les décharges exhibo-freudiennes des premiers rangs, il fait partie des seuls qui gagnent à en faire trop. Des deux seuls. Le second attendant la fin de Up The Beach pour présenter sa ligne de danseuse irradiée à ceux qui hurleront avec lui le coït a cappella de Stop !
Pour une fois, je me réjouirai des infrastructures foireuses de l'Elysée Montmartre, pas de place pour les danseuses, les amateurs de dandineuses à plumeau se rendront à Londres le surlendemain. Ici, là, maintenant; tout de suite, je l'aurais vécu comme une grossière intrusion, limite parasitaire. Je ne veux que le groupe ( welcome Chris Chaney ).
Les Jane's aiment Paris... Perry aiment les langues vivantes, celle du coin aussi ;
" We love French people ‘cause you know how to fuck ! You know what we're talking about ! "
S'ensuivra un court débat portant sur la traduction de " Fuck ! " dans la langue de Jean Yanne; dilemme, foutu terme générique...
" Enculé ! " sera l'option retenue, retenue et hurlée par Mr Farrell ( dans sa bouche, plus proche de
" Enntoullééééééé ! ", en fait ).
Perry se caresse, caresse Dave qui caresse Chris avant d'allumer Stephen ( dont l'intégrité physique est préservée par un cadre-batterie impressionnant )... Et c'est tout le public qui se tripote. On y vient : JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL, JANE'S ADDICTION EST SEXUEL....C'est rien de l'écrire, même plusieurs fois.
Les absents auront gagné un pucelage surprise... la petite fleur qui repousse.
Pas nous.

eskimo.

playlist :
Up The Beach / Stop / Ain't No Right / True Nature / ‘Been Caught Stealing / Three Days /
Everybody's Friends / Just Because / Strays / The Riches / Ocean Size / Mountain Song /
Jane Says.


20/06/20 Jerry Cantrell travaille en solo 
17/05/20 Rob Zombie recrute pour son prochain album 
04/02/20 La BO du prochain Batman sera très Rock N Roll 
30/12/20 Courtney Love travaillera avec Billy Corgan 
23/07/20 Rhino : un Giga coffret pour les fans des années 80 
28/06/20 Jane's Addiction : Fini ou pas Fini ? 
24/06/20 Jane's Addiction, c'est fini ! 
26/02/20 Gene Simmons : un album solo en avril 
18/02/20 Lollapalooza édition 2004 
28/01/20 Lollapalooza 2004 


 

 
 
 Bonjour!
Je vous envoi ce petit mot pour vous faire part de mon avis à propos de votre petite phrase qui ne m'est pas du tout sympathique à l'égard de Dave Navarro(pensant aussi ne pas être la seule).
Peut-être qu'il ne reste pes en place mais c'est son choix. De plus si il n'était pas un bon guitariste,David ne jouerait pas avec de grands groupes!
Et puis son album,à moins que j'ai de mauvais goûts comme bon nombre de personnes qui l'ont apprécié, est bon musicalement,vocalement et les textes ne sont pas mal non plus.
Je vous en veut un peu mais je suis sûre que ça ne vous empêchera pas de dormir sur vos 2 oreilles, comme moi d'ailleurs. Mais bon, merci de nous laisser la possibilité de donner notre avis, j'aurai été 1 peu frustrée de ne pas pouvoir le faire.
Pour le reste c'est good,c'est la première fois que je viens sur ce site et il est cool.
Bonne continuation.
Mélissa
05/10/2005 16: