KILLING JOKEÉLYSÉE MONTMARTRE-PARIS, 29 / 09/ 2003.

Jaz Coleman en cauchemar de la sainte inquisition espagnole
hérétique enroué
homme des bois grimé,
sorcier auquel les arbres rendent des comptes
Ainsi Jaz dirige d’autres orchestres sous d’autres lattitudes,
séquences scandées qui coupent au poignet si on leur tend la main
tant pis les manchots ne sauront plus se boucher les oreilles,
a heureusement fort peu appuyé son cours
de géo-politique à fragmentation chronologique :
“ First came the french empire !
Then the english empire !
And in the end came the american empire !!! “
Un zoziau sifflant la Tosca le bec
plongé dans le gasoil
( pour situer l’entreprise vocale )
Scène dépouillée
C’est ça:
phrases de dada laminoire
morceaux de cadavres exquis clignant de l’oeil
sur chaque temps fort
de mesures harcelées
instrumentation en point d’orgue dans les moins
caressants des degrés de la gamme,
ici les cadences sont décrétées :
chaque point final est une OPA lancée sur
l’ harmonie.
Le ton n’est pas donné, la tonalité est prise.

eskimo.

playlist :
Communion / Requiem / Total Invasion / Wardance / Blood On Your Hands / Change / Seeing Red / Fall Of Because / Tension / Death And Resurrection Show / Kings And Queens / Loose Cannon / Empire Song / The Wait / Whiteout / Frenzy / Psyche / Asteroid / Pandemonium.


06/06/20 Killing Joke assure 4 concerts en Angleterre au mois d’octobre 
04/11/20 Killing Joke fête son 25ème anniversaire 
23/07/20 Rhino : un Giga coffret pour les fans des années 80 
31/03/20 Aujourd'hui, bon anniversaire à ... 
26/02/20 Aujourd'hui, bon anniversaire à ...