Nada Surf & Vega 4 - Elysée MontmartreParis - 10 décembre 2002

Les francophiles Nada Surf avaient souhaité la présence d'un "meilleur nouveau groupe du monde", qualificatif que la presse anglo-saxonne affuble chaque semaine à une découverte généralement du pays de sa Majesté.
Ce dernier ouvrait à l'occasion de la seconde partie de leur tournée-marathon hexagonale (environ 25 dates).

Vega 4 eut cependant quelques difficultés à générer de l'émotion sur scène, malgré un tube confidentiel, diffusé régulièrement sur Ouï FM.
Son quart d'heure de gloire appartient peut-être déjà au passé.

Alors qu'étaient installés méthodiquement les instruments de Nada Surf et les pupitres du quatuor à cordes qui allait accompagner sur deux morceaux, revisités pour l'occasion les New-Yorkais, on entendait ci et là déjà des ex-adolescents réclamer à s'en décrocher la mâchoire : "Popular".

Ce titre faillit expédier le trio dans une zone de non-retour, sa maison de disques de l'époque souhaitant qu'ils produisent à la chaîne et selon ses besoins, des titres de cet accabit.

La flexibilité ayant ses limites, Ira, Matthew et Daniel optèrent, en guise de réponse, pour le silence.

Revenus de cette triste expérience du monde impitoyable des majors, le groupe publiait cet automne "Let go", troisième aventure d'une saveur incontestable.

Egrenant sur scène aussi bien leurs dernières perles que des extraits de "Proximity effect" et de "High & low" et aidés par un son proche de la perfection, Nada Surf transpose chacune de ses chansons avec une précision chirurgicale.

L'auditeur se rend alors compte qu'il tient là un trio (complété par leur producteur aux claviers) qui sait réellement écrire, en témoigne le silence permanent quasi-religieux de l'Elysée Montmartre.

Avares en "french words" contrairement à leurs habitudes, Nada Surf réserva toutefois quelques surprises tout au long de la soirée.
En s'entourant de ce qui se fait de plus chic en variété française actuellement : la famille Biolay.

- Coralie Clément pour un duo avec Daniel, en français dans le texte : "Là pour ça".
- Quatuor à cordes sur deux compositions dont les partitions étaient signées de monsieur Chiara Mastroianni, en personne.
Finalement, le groupe s'enticha de son titre maudit "Popular", à la grande joie de son public (!). Il précisa en introduction que tout ceci était évidemment sarcastique, tout le monde ne l’a, semble t-il, pas vraiment compris.

Samuel Charon - lnorahc@yahoo.fr
www.nadasurf.com


27/11/02 Sélection de concerts Province et Paris 
19/11/02 Les tournées de Garance Production 
21/10/02 Programme de Garance Productions 
15/10/02 Festival Rocktambule du 10 au 20 octobre à Grenoble 
06/09/02 Vines prolonge sa tournée !