Bob Log III + Bébé & Serge - Saint OuenLes Mains d'Oeuvres - 31 Octobre 2002

Bébé & Serge ont non seulement un nom de scène grotesque, mais ils nous rappellent nos pires cauchemars.

En les apercevant, on a l'impression d'être une blonde paniquée, qui vient de prendre la fuite.
On se réfugie alors dans un motel poisseux, avec un magot dans le coffre de sa décapotable.
Réflexe de zappeuse oblige, on visionne stressée quelques secondes, la télévision, avant de se décider à prendre une douche.
La pénible architecture des morceaux de Bébé & Serge nous évite de fermer le rideau et nous pousse à nous extirper juste à temps de la salle pour rejoindre les canapés !

L'interlude permet de reprendre pied dans la réalité, et d'apercevoir le Président de Groland en personne, sans garde du corps, simplement muni de ses propres oreilles pour lutter contre les assauts répétés de ses admiratrices : il cèdera toutefois au cours de la soirée.

Et Bob Log III débarqua de son Arizona. L'ancien Doo Rag, groupe ultra-underground qui jouait déjà avec des instruments déglingués, semble adorer les vide-greniers du dimanche.

Après avoir ainsi accumulé un vieux téléphone, un ancien casque ayant certainement appartenu à "L'homme qui valait trois milliards", une veste et un pantalon à franges que ne renieraient pas les Dukes de Hazzard, et une ancienne grosse caisse de batterie, il s'est certainement dit qu'il possédait tous les ingrédients…pour devenir musicien.

Il ne restait plus qu'à trouver une lien logique entre ces objets usagés.

Il se décidait à porter le casque sur la tête (logique), le combiné du téléphone pouvait servir de micro (technique), la veste et le pantalon seraient du plus bel effet portée à même le corps (esthétique) et la grosse caisse définirait le rythme (sonique).

Comme il se souvenait de Rémi Bricka, il deviendrait lui aussi (un hommage ?)"one-man-band".

Auteur de plusieurs albums, sur le sous-label d'Epitaph, Fat Possum qui signe habituellement les vieux bluesmen du Delta, notre homme casqué souhaite rendre son public fou.
Il manie la guitare et le bottle-neck comme personne, grâce à sa patte de singe qui lui a été greffée suite à un accident naval(!!), et enchaîne chacun des titres de son répertoire blues-punk sans dénier reprendre son souffle ! (à l’intérieur du casque doit régner une température semblable à la Côte d’Azur un jour de pollution).

Enfin un vrai hypershow !

La centaine de spectateurs jubile. On a tous rêvé de célébrer Halloween, autrement qu'avec des squelettes et toiles d'araignées. Et Bob Log III venait de réaliser notre voeu !

samuel charon - lnorahc@yahoo.fr




 

 
 
 
bonne critique, bebe et serge était peut être un peu concept pour moi

bob log super mec, bon moment quand il se levait et guelait trés fort, de même il suait beaucoup dans son casque, c'est ce qu'il m'a confirmé par la suite, me disant même qu'à Tucson, il joue parfois sans csque parce que là c'est plus possible, j'ai également compris qu'entre lui Joey Burns, c'est pas l'amour fou.
07/11/02 16:53