La Route du Rock 2002 / 12ème Edition / Fort de Saint-Père - 9-10-11 AoûtBlack Rebel Motorcycle Club - The Notwist - Jean-Louis Murat - Archive - DJ Shadow - Trash Palace ...

« Non, non, rien n’a changé », chanson phare des mythiques « Poppys » saurait trouver, à n’en pas douter, une place de choix sur la compilation publiée chaque année par Rock Tympans pour saluer les téméraires acheteurs de places en prévente.

Avec son refrain prophétique, « Tout, tout va continuer … », qui trouve toute son expression dans le bucolique cadre du Fort de Saint-Père, lieu de thalassothérapie fort couru cette année (ses bains de boue, ses douches glacées …), la marotte « sixties » sera, qui sait ?, peut être massacrée sur scène l’an prochain, à l’instar des risibles reprises du « hypesque » « Trash Palace ».

Pour une programmation bien équilibrée, aux réussites incontestables, comme « BRMC », « The Notwist », ou « DJ Shadow », la déception est en effet d’année en année plus tenace, de voir ainsi le festival malouin se regarder désespérément le nombril et ne pas prendre inspiration sur ses homologues français ou internationaux, quant à la nécessaire évolution de ses structures.

Entre un camping que l’on qualifierait quasiment de sauvage, pour rester correct, un aménagement du site du Fort que ne renieraient pas les adeptes des fêtes de patronage (ses lampions, ses tentes bière / merguez / saucisses, sans aucun élément, même sommaire, pour embellir le tout), et le total manque de réactivité de l’organisation (aucun effort pour rendre le site praticable en répandant paille ou graviers …, ou rendre la vie plus facile aux festivaliers déjà frigorifiés, en avançant l’heure des concerts), l’événement « Labels / France Inter », mécènes omniprésents, risque bien vite de s’engouffrer dans une voie sans issue…

D’ailleurs, l’affluence très modeste du week-end, sans doute plombée par une météo exécrable et l’absence d’artistes fédérateurs comme « Muse » ou Yann Tiersen, présents lors de la dernière édition, aura bien du mal sans doute à équilibrer les comptes et permettre la nécessaire mutation du festival.

L’idée, très judicieuse, d’après-midi plage sonorisés, avec l’intervention de DJ’s en vue et la possibilité de suivre leurs mix sous l’eau grâce à des enceintes subaquatiques, est une première piste pertinente, rendue cependant caduque par la météo du week-end ; alors que la présence d’une deuxième scène se fait de plus en plus nécessaire : combien de temps continuera-t-on par exemple à trouver normale une balance d’artistes juste avant leur prestation ?

Ce fut le cas pour « The Notwist », qui offrit, pendant presque une heure, un condensé sibyllin des différents courants des musiques dites actuelles, en maniant la glace (les rythmes synthétiques épurés, patte indéniable de la scène électronique allemande), et le feu (des guitares omniprésentes, louchant avantageusement vers le noisy).
La bande du discret Markus Archer, offrit nombre déflagrations soniques fort appréciables dans une nuit frisquette, réchauffée encore par le virevoltant trio ricain du « Black Rebel Motorcycle Club », manifestement fort à l’aise en Bretagne, comme l’atteste l’envahissement de la scène en fin de set par une bande de potes malouins, venus déclamer leur décalé hymne « underground ».

Avec un son énorme, marqué par l’enchevêtrement torturé de guitares saturées et une basse vrombissante, les gamins du « B.R.M.C » auront réussi le délicat exploit de faire partir la foule dans une transe d’apocalypse, lui faisant toucher le fantasmagorique avec une farandole de figures acrobatiques dues à une terre boueuse se dérobant sous ses pieds. (on serait curieux à cet égard de compter le nombre de grolles récupérées à l’issue du week-end).

La performance de Jean-Louis Murat la veille, très attendue, ne récoltera pas, loin de là, les mêmes suffrages, malgré un clin d’œil appuyé en ouverture au festival, avec l’interprétation de « Polly Jean », ritournelle composée à Saint-Malo à l’issue d’un concert mémorable de la diva du Dorset, auquel l’ermite auvergnat eut la chance d’assister.

Accompagné d’une section rythmique d’envergure (avec Fred Jimenez à la basse, des « AS Dragon » et Jean-Marc Butty à la batterie), le « moujik », privilégiera tout du long une orientation osée, jouant inédits et vielles compositions, plutôt que de sacrifier à la facile promotion de son dernier album en date…
La sono défaillante lui portera ombrage, et c’est bien dommage : cet explosif trio méritait bien mieux que cette infamante balance …

« Archive » ne rencontrera pas les mêmes soucis pour son set psychédélique, aux réminiscences floydiennes marquées.
On retiendra avant tout d’une prestation habitée par le timbre magnifique de Craig Walker, la somptueuse suite « Again », avec sa lente montée lysergique, embellie par des éclairages virant au sublime.

Un constat que l’on aimerait faire à l’issue de la prochaine Route du Rock …
Pari tenu ?

Jérôme Crépieux / suenospolares@yahoo.fr


22/03/04 Black Rebel Motorcycle Club revoit l'itinéraire de sa tournée Anglaise 
10/03/04 Black Rebel Motorcycle Club est de retour sur la scène Anglaise 
04/03/04 Black Rebel Motorcycle Club prépare la sortie d'un nouveau single. 
05/02/04 Black Rebel Motorcycle Club : tournée Anglaise en février 
26/01/04 Black Rebel Motorcycle Club et Dandy Warhols préparent la sortie d'un single et une tournée 
11/12/03 Black Rebel Motorcycle Club occupe la scène en février 
04/11/03 Black Rebel Motorcycle Club prépare un DVD enregistré pendant sa récente tournée mondiale 
23/09/03 Black Rebel Motorcycle Club : une nuit supplémentaire à Londres. 
01/09/03 Black Rebel Motorcycle Club : tournée annoncée en novembre 
01/08/03 Black Rebel Motorcycle Club remplace les White Stripes, 


 

 
 
 et trash palace dans tout ça? 21/08/02 15:45