Radiohead - Festival Internacional de Benicassim - 3 Août 2002Escenario Verde

Il n’est pas loin d’une heure du matin, en cette divine nuit fibesque, quand apparaît, mi-ange, mi-démon, le gourou Thom Yorke, précédé de ses quatre apôtres …

La foule d’adeptes, en transe, voit se refléter sur les écrans géants qui encadrent la scène, la figure christique, impassible, du génie d’Oxford, qui à défaut d’être canonisé un jour, finira bien par être anobli, pour services rendus au Royaume de sa très grâcieuse Majesté.

Foin de discours lénifiants, la grand messe, qui réunit 35 000 adeptes accourus de la Terre entière, débute sans artifices par un « National Anthem », du tonnerre de Dieu, enchaîné avec un « Morning bell », d’une beauté toute sépulcrale.

« Lucky » d’être en compagnie de ses fidèles, qui psalmodient à qui mieux-mieux les versets habités du Saint-Suaire « OK Computer », régulièrement cité dans le grand prêche du soir, le maître de cérémonie continue la célébration de sa tournée mondiale de confirmation, par un « Karma Police », qui s’élève vers des cieux enfin apaisés, que la foudre avait hanté de ses sombres desseins les heures précédentes …

Terriblement habité et comme envoûté par la ferveur peu commune d’une assemblée qui se damnerait pour revivre des instants d’une telle intensité, Saint-Thom se lance dans une danse tribale sur d’apocalyptiques versions de « Dollars and cents » et d’ « I might be wrong », quittant spirituellement son assemblée de croyants, qui n’a plus qu’à prier pour que les fidèles assesseurs Johnny et Colin Greenwood, brillamment entourés par Phil Selway au martelage psychique et Ed O’Brien aux glissendos torturés, parviennent à le faire redescendre de ses terrifiantes incursions dans le royaume des esprits malins …

Apaisé par l’organique « Exit Music », Thom recouvre ses vieux démons sur « Pyramid song » , attaqué bille en tête au grand orgue, et sabordé par le pauvre Colin à la contrebasse, qui se fait foudroyer du regard par le patriarche et plus encore (notre déontologie nous interdit à cet égard de reproduire les si blasphématoires propos tenus …) , et n’aura plus qu’à quémander pardon au prochain confessionnal, qui devrait lui valoir nombre « Pater » …

Pour oublier ces sombres présages, les divins membres de la secte « Radiohead » livrent un nouveau texte sacré, à savoir le très élégiaque « Punch up at a wedding », suivi d’anciens psaumes, comme « Fake Plastic Trees », apaisé, « Just », incandescent, « Paranoid Android », faussement calme et qui sombre très vite dans le chaos , « Iidioteque », tout de bruit et de fureur, avant qu’ « Everything In Its Right Place » vienne clore le saint chapitre de la tournée en terres ibères.

Encouragés par le si fervent accueil local, et avant que de ne repartir évangéliser de nouveaux territoires, Thom et ses condisciples livrent en patûre un nouvel « opus-dei », le somptuaire cantique « There There », à paraître sur le reliquaire en prévision pour l’An de Grâce 2003.

Gloire à toi, Saint-Thom !


Jérôme Crépieux / suenospolares@yahoo.fr


02/03/04 Retour en force des Pixies 
16/02/04 Edition limitée pour Radiohead 
16/02/04 Nirvana N°1 ! 
13/02/04 Résultats des NME Awards 2004 
05/02/04 Pixies : La Totale ! 
02/02/04 Air, le petit groupe de rock français qui monte qui monte ! 
21/01/04 The Cure confirmé au ''Coachella Valley Music And Arts Festival'' 
21/01/04 Radiohead : retour en studio 
19/01/04 Radiohead et Pixies confirmés au Coachella Valley Music & Arts Festival 
15/01/04 Radiohead est de retour en studio 


 

 
 
 gloire à thom !! 09/08/02 16:05