Elbow - Asleep in the back (V2 Music)

A l’heure des bilans de fin d’année qui ne manquent pas de fleurir ça et là, peu auront couché le nom d’Elbow (coude, « le mot le plus sensuel au monde » d’après le groupe… ) parmi les albums marquants de l’année 2001.

A tort : la bande de Guy Garvey signe en quelque sorte, avec « Asleep in the back », un successeur possible à l’insurpassable « OK Computer » du quintet d’Oxford, parti depuis expérimenter d’autres pistes sonores sous la houlette hardie du producteur Nigel Godrich.

Repérés au dernier festival des Inrockuptibles, dans une sélection assez faiblarde où ils auront été quasiment les seuls à surnager, ces musiciens originaires de Manchester semblent enfin entretenir avec cette galette l’espoir de faire partir des plus grands, après un début de carrière assez chaotique (signature claironnée à hue et à dia sur une major il y a trois ans, contrat pour finir cassé après de tumultueuses sessions d’enregistrement) .

Enfin parvenus à un peu plus de sérénité, la structure naissante V2 Music les prend sous son aile et distribue les deux premiers EP’s du groupe, qui trouveront auprès de le critique un accueil dithyrambique, avant que ne sorte au mois d’avril 2001 leur premier album, qui fera partie de la liste finale des nommés au prestigieux Mercury Prize, que la diva du Dorset Polly Jean finira par rafler.

Marquée par le chant tout en délicatesse de leur leader, à la limite du susurrement, leur musique s’épanouit dans d’atmosphériques volutes sonores, et instaure sur la durée d’oppressants et puissants mouvements, à l’instar de pionniers du rock progressif comme King Crimson.

Mêlant l’intime et le politique, leurs textes s’accordent parfaitement à ces sombres ambiances, en s’imprégnant de la violence quotidienne du nord de l’Angleterre, où nombre de cités industrieuses sont frappées de plein fouet par le démantèlement de vastes complexes, héritage cafardeux des terribles années libérales du « thatcherisme »,

Offrant à l’auditeur de grands moments, tels l’inspiré morceau d’ouverture « Any day now », avec son rythme quasi-martial et sa basse vombrissante, « Powder blue », hymne « radiohesque » en diable et surtout splendide balade tourmentée, ou Newborn, que l’on croirait extrait du dernier Coldplay, l’album n’offre aucun temps mort et se permet moult incursions vers des sommets que peu de groupes de la scène rock actuelle tutoient.

Espérons donc que le titre de l’album « asleep in the back » ne soit pas de mauvais augure et laisse surtout augurer des lendemains qui chantent.
Elbow, tapi dans l’ombre ? Pas pour longtemps, donc …

Jérôme Crépieux / suenospolares@yahoo.fr


01/04/04 Oasis confirmé au prochain Glastonbury 
26/02/04 Elbow a écrit son futur album pendant sa dernière tournée... 
20/02/04 Paul McCartney confirmé pour le prochain festival de Glastonbury 
22/01/04 Elbow fait une reprise de Massive Attack 
03/11/03 Guy Garvey échappe à la Faucheuse pendant le tournage d'un vidéo-clip 
22/10/03 Elbow : l'album ''Cast Of Thousand'', sort avec un DVD 
22/10/03 ''Hysteria'', le nouveau single de Muse 
10/10/03 Muse et Elbow partent en tournée ensemble 
29/09/03 Elbow : une tournée Anglaise suivie d'un nouveau single 
24/09/03 Travis, Ash, The Polyphonic Spree : ''Back To The Bars''