Festival des Inrockuptibles - Nantes 10 et 11 Novembre 2001Mercury Rev-Hawksley Workman-Elbow-Telepopmusik-Bosco-Clem Snide-Lift to Experience ...

Samedi 10 Novembre :
En l'absence des têtes d'affiches parisiennes (Pulp et le vaillant duo américains idoles des salles de pause des start-ups the White Stripes) - ces derniers étaient initialement prévus en Province mais ont finalement snobé les salles chaleureuses de l'Hexagone - les groupes invités en remplacement de dernière minute à l'occasion de la première soirée nantaise pêchèrent par leur manque de singularité, d'audace et d'originalité (Télépopmusik, Bosco).

On pouvait cependant en profiter, à l'occasion de ces temps un peu morts, pour apprécier l'architecture de la magnifique salle de l'Olympic, inaugurée en 1995 et désignée par une artiste anglaise et par exemple surfer sur les Mac mis à disposition par le sponsor dans le bar du sous-sol.

Qui allait donc illuminer la cuvée 2001 du festival des Inrockuptibles ?

L'événement de la fin de l'automne fut, en effet, à sa grande époque défricheur de futurs références du petit monde de la musique pop (Ben Harper, Pulp -encore !-, the Posies, Blur, Eels, Placebo, Oasis...).

Seul Hawksley Workman pourrait bénéficier du prix d'interprétation masculine cette saison, à l'occasion d'une épique représentation à couper le souffle, tantôt lyrique, tantôt drôle : un jeune canadien, auteur de deux albums fort remarqués, dont les prestations sont à recommander chaleureusement à tous les chanteurs sans présence et sans prestance (les autres "artistes" programmés le même soir par exemple).

Dimanche 11 Novembre :
Ce jour de la commémoration de l'armistice signée en 1918, 3 groupes américains et un combo anglais, foulaient les planches de l'ancien cinéma mais aussi, à une époque, supermarché (!).

Clem Snide, acclamé sur le forum du site des Inrockuptibles, dont le titre "I love the unknown" est bastonné sur les radios rock, proposa en réalité une country, écoutable, mais peu adaptée au concept du festival (de l'indé et rien d'autre !). D'autant plus que le chanteur pratique un humour second degré que peu de personnes saisissent et tandis que les morceaux s'enchaînent, l'ennui finalement pointe son nez.

Débarquaient ensuite de leur planète Texas, les compatriotes de George W. Bush, Lift to Expérience qui ne cessent de citer le nom de leur Etat au sein des titres de leur album "The Texas-Jerusalem crossroads" et décidèrent d'asséner aux spectateurs un son ultra saturé, qui dépassait certainement les 100db autorisés.
Au programme, stetson, santiags, chant murmuré, amplis à fond -à la Spinal Tap- et totem (un crâne de bœuf ornait le centre de la scène) composaient l'invitation à "l'ascenseur pour l'expérience". On en est très rapidement redescendu, notamment au fameux bar du sous-sol.

Tout festival qui se respecte, et qui ne peut inviter Radiohead, se doit de proposer un de ses innombrables clones : Elbow fut retenu pour les sessions Inrocks.
Si l'on est amnésique ou né après l'année 1980 et si l'on ne connait pas la bande à Thom Yorke, il est évident que la musique des mancuniens est agréable, remplie à ras-bords de spleen et complétée par des climats sonores distendus et envoûtants.

Mais la majorité des festivaliers présents savaient que Pink Floyd, dont un énième best-of vient de sortir, et son pendant contemporain Radiohead ont fondamentalement révolutionné l'univers du rock progressif. Visiblement, seule la soeur du chanteur présente parmi le public sera émue des 40 minutes réglementaires du show d'Elbow.

Heureux, en revanche étaient Jonathan Donahue tout comme le public, qui l'acclama à maintes reprises.

Mercury Rev est devenu, en l'espace de deux albums ("Deserter's songs" et "All is Dream"), un groupe culte. Chacun de leurs concerts donne lieu à un émerveillement, tant la musique féérique et sans âge et la voix du leader New Yorkais engendrent des comportements quasi-extatiques. Encore une fois, les déjà classiques "Goddess on a highway" ou encore "Holes" assurent des acclamations à n'en plus finir et notre Donahue de sourire à s'en décrocher la mâchoire tant il semble lui aussi prendre du plaisir à enchanter un public submergé par le bonheur.

Samuel Charon - lnorahc@yahoo.fr
www.olympic.asso.fr
www.lesinrocks.com


26/02/04 Elbow a écrit son futur album pendant sa dernière tournée... 
22/01/04 Elbow fait une reprise de Massive Attack 
06/11/03 White Stripes : un nouveau single mi-novembre 
22/10/03 Elbow : l'album ''Cast Of Thousand'', sort avec un DVD 
29/09/03 Elbow : une tournée Anglaise suivie d'un nouveau single 
04/09/03 Elbow prend la route 
18/08/03 Elbow fait la tournée des Virgin Megastore anglais 
05/08/03 Elbow : scéances de signature chez Virgin 
16/07/03 Elbow est de retour, 
07/05/03 Elbow est de retour