IX Session Ketchup & Marmelade - Ouifm / Brigitte Fontaine - Dominique a - ExperienceLa Scène - 08/10/01

Les représentants français des sujets de sa très gracieuse Majesté se trouvaient bien embêtés, en cet an de Grâce 2001, lorsqu’il fut évident que le souverain qu’ils avaient placé sur le Trône suprême l’année précédente, le bon roi jovial Henri Salvador, perdait peu à peu de son influence et ne contribuait que modérément à remplir les caisses du Royaume.

On envoya quelques émissaires au contact du bon peuple, celui qui fait et défait les modes, pour capter ses humeurs et rapporter bien vite à son suzerain ses envies d’encanaillement.

Or, l’époque se faisait si mutine, ses contempteurs si malins, que le simple fait de promouvoir un égal eut pu paraître comme un acte de bravoure sans nom.

On eut beau faire, refaire et défaire la liste des prétendants au fauteuil suprême, user des stratagèmes les plus diaboliques; l’on en revenait, aussi incroyable que cela parut, à la même et unique personne : certes, plus très jeune, un peu fripée, mais régulièrement encanaillée par de jeunes agitateurs du microcosme, Brigitte Fontaine séduisait par sa personnalité hors norme et par sa capacité peu commune à toujours avoir fasciné les élites. Un élément de poids qui fit la différence, alors que d’aucuns, certes marginalisés, souhaitaient porter vers le Palais doré de jeunes pousses plus à même de rester longtemps sur le Trône …

Après avoir savamment orchestré l’endoctrinement du « bon peuple », celui qui chante et qui danse, par le biais des organes de communication officiels ou comme tels, il était souhaitable de promouvoir la souveraine, que l’on affubla du titre peu flatteur de « Reine des Kékés » (quelle époque épique !) , auprès de la rue, elle si apte à se révolter contre les discours trop calibrés.


On employa les grands moyens, la fit se frotter à de jeunes rebelles revendicatifs (Sonic Youth, Noir Désir, autant de groupuscules extrémistes, mais il faut savoir vivre dangereusement pour assurer ses arrières …) , déploya sur des grands oriflammes en 4 par 3 la nouvelle icône ; malgré tout cela, au grand désespoir de ses conseillers, la Reine avait encore grand mal à prouver sa légitimité.

On rameuta alors un troubadour consensuel à la voix fluette, sensé divertir avec un hymne atypique, qu’on érigea vite comme officiel, "les Zazous", depuis longtemps inclus dans le patrimoine populaire (n’est-ce pas pourtant dans les vieux pots que l’on fait les meilleurs soupes ?).

Malgré un léger frémissement, la côte de popularité restait toujours désespérément basse …

C’est alors que quelqu’un eut l’idée géniale de la faire quitter les ors de son palais, sis Ile de la Cité, pour partir, en compagnie de son fidèle compagnon, et prince consort, Areski Belkacem, sur les routes du Royaume, pour prêcher la bonne parole et faire croître autant que faire se peut l’enthousiasme des foules …

On adossa à sa venue quelques artistes prometteurs et ce fut l’épreuve de vérité.

Après avoir enduré les tribulations colériques et tourmentées d’Experience, qui, pour sûr, saura éveiller des soupçons à la Cour, avec ses textes comploteurs tout de rage rentrés, s’épanouissant dans de grandes envolées acides , tirant un constat quelque peu désabusé de ce bas monde, et les sombres mais magnifiques ritournelles du citoyen d’origine nantaise Dominique a (encore un qui s’avance masqué, méfiance …), cette dernière se présenta sur scène dans une belle tenue d’apparat pourpre.

La foule, à sa seule vision, tomba en pâmoison, et la charmeuse révéla ses plus beaux atours pour ne point faire retomber l’enthousiasme : elle offrit exactement ce que son auditoire, qui ne croit plus guère aux lendemains qui chantent, attendait : une vision décalée, poétique, tout simplement belle de notre univers vicié. Entourée d’hommes de mains à sa solde, sachant se faire discrets pour mieux souligner l’impétuosité de leur maîtresse, elle déploya une énergie peu commune et fit preuve de beaucoup d’humilité, s’autoproclamant pour preuve « Reine des Connes », ce qui n’eut point l’heur de déplaire à la « populace », fébrilement massée devant la tribune officielle .



Susurrant avec grâce de libertaires alexandrins, se lançant dans une folle sarabande exotique pour libérer définitivement son auditoire, elle convainc jusqu’aux plus sceptiques … Les conseillers, qui dans l’ombre, ne cachaient pas leur inquiétude (on connut par le passé quelques frayeurs avec la madone …), sont très vite aux anges, et commencent à déboucher des Jéroboam de vin pétillant …

Mais déjà la rumeur enfle : il se dit que, poussant encore plus loin l’extravagance, le prochain Monarque pourrait être le plus très jeune citoyen d’outre Quiévrain, connu sous le sobriquet d’Adamo, relancé il y peu par la reprise d’un de ses textes les plus engagés (les filles du bord de mer) par un déserteur de première, l’incontrôlable Arno.

Clé de l’énigme dans quelques mois (...?).

Jérôme Crépieux / suenospolares@yahoo.fr


16/12/02 Dominique a en White Session ce soir sur Inter... 
15/11/02 Bebop'n roll Festival : Poppa Chubby, 
02/10/02 Benabar : tournée en octobre et novembre 
07/05/02 Festival des Vieilles Charrues : Edition 2002 
22/03/02 Les Francofolies de la Rochelle 
01/03/02 La scène Métal (cedric z)
11/02/02 La scène qui a vu naître les Beatles, est sauvée !