Man or Astroman ? - Nouveau Casino - 05/09/2001

Quelle est la différence entre un concert de Björk et de Man or Astroman ?

A première vue, ces deux artistes sont adulés, chacun dans leur catégorie : la première, en qualité de poudre aux yeux et à travers sa capacité à faire passer des vessies pour des lanternes, les seconds pour leur authenticité et leur folie furieuse.

Rendez-vous était pris pour le premier vrai concert de rentrée au sein du nouveau lieu "hype" de la rue Oberkampf (fief des fashion victims de Paris) : le Nouveau Casino.

Charmante salle d'une capacité de 300 places environ, où la visibilité est supérieure à celle de la Boule Noire (où pour apercevoir ce qui se
passe sur scène, il faut monter sur les épaules d'un basketteur) et des conditions d'écoute remarquables : on regrette simplement le coût élevé des consommations comparé au taux moyen d'évolution du salaire ouvrier.

22 h, le trio Canadien Man or Astroman ? débarque sur scène de sa planète Computer. Les musiciens en tenue d'astronautes noires et munis des lunettes de sidérurgistes se décident à assèner au public un show déroutant et puissant.
Avec solo d'imprimante (très réussi et chorégraphie à l'appui et forte participation du batteur qui passe autant de temps derrière les fûts que sur le devant de la scène), appareil à ondes Maginot incendié (mais réutilisable) et cymbales en feu (de manière ponctuelle).

Leur leader et bassiste volubile à la voix nasillarde, est aussi à l'aise à l'occasion d'un solo de clavier de PC (oui, c'est possible, un public dense et compacté a tout vu), qu'au cours d'un long discours fleuve, que personne ne comprend, son accent est en effet fort prononcé !

Les morceaux sont courts et principalement
instrumentaux, pour résumer on pourrait qualifer leur musique de "surf à la beach boys, mais sous l'effet des amphétamines".
Il est impressionnant de constater que l'ensemble du groupe qui a sorti des dizaines de EP's et une floppée de LP's ait moins de 30 ans, chacune de leur répétition doit sans doute être commercialisée !

A l'occasion de leur venue, on a vu refleurir dans le public t-shirts Météors,look gothique mais aussi et surtout tenues sixties, la bedaine en plus !!

A la différence de Björk, qui a énormément déçu, sur disque et sur scène (et laissé perplexe son fan d'un jour, Lionel Jospin), Man or Astroman ? pour la modique somme de 80 francs, a convaincu l'ensemble de son auditoire et baptisé le
NouCa (futur surnom bobo du Nouveau Casino ?), avec classe.

Samuel Charon (lnorahc@yahoo.fr)




 

 
 
 triniech neguch trop'as avec les sixtiees mais man or astroman ca dechirtout alors juste ben triniech'dacool charlot......! 26/01/03 11:49
 C'est vrai que de plus en plus de sixties se tapent de bides énormes.... 12/04/02 10:35