Popa Chubby : Un opéra-blues en trois parties

…le désir, la tentation, la délivrance — : voilà un concept pour le moins original pour ce disque autobiographique. De ses parents (Daddy played the guitar and mama was a disco queen), à sa femme (Savin’ my love up for my lover), en passant par les difficultés de jouer du blues à New York (It’s a sad day in New York city when there ain’t no room for the blues), jusqu’à sa rencontre avec Willie Dixon (Goin’down to Willie’s), Popa Chubby nous raconte tout son parcours vers la note bleue. Cette rencontre, enfin, avec le blues est expliquée dans un dernier morceau : « In the morning when I’m all alone, no one listens to my lonely song, I just sing to myself how’d a young boy get the blues. Got no money, All my family’s gone, Got nobody lord I’m all alone, I just say to myself how’d a white boy get the blues. Singing sha la la la la la la ». C’est simple, profond, tellement vrai. C’est le blues et Poppa Chubby en est l’un des meilleurs représentants vivants.
A ne pas manquer lors de sa tournée française à partir du 12 mai à l’Olympia. Pour ceux qui n’auront pas l’occasion de le voir, il est urgent de se procurer le superbe album live Live at Manny’s Car Wash.

Popa Chubby – How’d a white boy get the blues – Dixiefrog records


17/11/03 Les concerts dans l'Hexagone, à ne pas louper 
23/05/03 Fans de Popa Chubby, réservez vos billets, 
15/11/02 Bebop'n roll Festival : Poppa Chubby, 
03/10/02 Popa Chubby fait une virée chez les gaulois 
09/07/02 Gampel OpenAir 2002 : du 16 au 18 août 
03/06/02 Détail sur le prochain Rock Oz' Arènes 
23/05/02 Ne ratez pas Popa Chubby. 
20/02/02 Popa Chubby débarque en France 
08/10/01 Festival de Rock de Vernier 
03/04/01 Le plus prolifique Bluesman du monde 


 

 
 
 J'ai vu Poppa Chubby pour la 1ère fois lors du festival du Garde'n Blues à Marseille : j'ai adoré. J'ai découvert un guitariste fabuleux qui apporte une nouvelle façon de jouer le blues-rock. Je suis à la recherche de live. Merci 17/10/03 04:29
 pour ma part une revelation, cet album est celui avec lequel j`àrrive a me retrouver, quand ca va pas, il me fille une grosse claque et m'aide a me relever. 21/03/03 17:37
 Une créativité exceptionnelle, de quoi faire baver Clapton !
Si vous souhaitez découvrir cet artiste fabuleux, procurez-vous l'album Live "hit the high hard one" , et admirez.
10/03/02 18:28
 Voilà un bon disque du plus gros des Bluesman américain 15/06/00 13:11
 on aime, on aime, oui oui oui 11/06/00 16:04

Interprètes Titres  
Popa Chubby Carrying in the torch of the blues  
Popa Chubby - Guitares, chant
Steve Holley - Batterie
Kris Jefferson - Basse
Popa Chubby Time is killing me  
Popa Chubby - Guitares, chant, basse, Batterie, Percussion
Mike Lattrell - Orgue Hammond
Galea - Choeurs
Popa Chubby Daddy played the guitar and mama was a disco queen  
Popa Chubby - Guitares accoustique, Dobro, Basse, slide guitare Chant, Batterie
Popa Chubby Black hearted woman  
Popa Chubby - Guitares bariton, Sitar électrique, Basse, Batterie, chant
Steve Holley - Percussions
Popa Chubby Savin' my love for my lover  
Popa Chubby - Guitares, Chant, Basse, Batterie, Percussion, Clavinette
Kris Jefferson - Basse
Popa Chubby No comfort  
Popa Chubby - Guitares, Chant, Basse, Batterie
Mike Lattrell - Orgue Hammond
Steve Holley - Percussions
Popa Chubby It's a sad day in New York city when there ain't no room for the blues  
Popa Chubby - Guitares, Chant
Steve Holley - Batterie
Kris Jefferson - Basse Fretless
Mike Latrell - Piano
Craig Dryer - Saxophone Tenor
Popa Chubby Goin down to Willie's  
Popa Chubby - Guitares, Chant
Steve Holley - Batterie
Kris Jefferson - Basse
Mike Lattrell - Piano, Mandoline
Popa Chubby Since i lost my leg  
Popa Chubby - Guitares, Chant, Harmonica, Basse, Batterie
Popa Chubby How'd a white boy get the blues  
Popa Chubby - Guitares, Chant, Slide Guitare, Basse, Batterie, Choeurs