EPISODE IV : Un nouvel espoir

Il y a bien longtemps …que l'on connaît toutes les aventures de Luke Skywalker à travers la galaxie.

Le jeune Luke, fermier de son état, s'ennuie sur sa planète Tatooine pendant que les rebelles s'opposent à l'Empire.
L'achat de 2 droids, les truculents C3PO et R2D2, vont changer son existence.
Bientôt, Luke trouvera un mentor : Obi-wan Kenobi, des amis : Han Solo et Chewbacca, une princesse : Leia Organa, et des adversaires : Dark Vador et l'Empire.

Le décors est planté : les bons et les méchants.

Dès sa sortie, le film de Georges Lucas révolutionne un genre - la SF- mais également le cinéma dans son ensemble. Tout le monde gardera en mémoire l'apparition de Dark Vador, les combats aux épées laser ou l'attaque de l'étoile noire.

Il faut aussi reconnaître le talent de Ralph McQuarrie, designer, qui sut mettre en image l'imagination de George Lucas, Phil Tippet et ses créatures de la Cantina, John Dyskra et sa caméra qui tourne avec maestria autour des vaisseaux.

Au-delà des effets spéciaux, ce qui a marqué le gamin/l'enfant que j'étais en 77, ce fut l'aspect mystique du film. Qui ne s'est pas pris pour un chevalier Jedi avec son sabre laser dans la cours de l'école ? ? ?



EPISODE VI : Le retour du Jedi :

La trilogie se termine en feu d'artifice et ce film est une succession de scènes de bravoure.
Je retiendrai la beauté des scènes sur Tatoinne, la course de speeder bike entre les arbres de la forêt d'Andor, l'attaque de la seconde étoile noire, le duel final entre Luke, Dark Vador et l'Empereur.
Le titre à l'origine devait être " La revanche du Jedi ". A la vue du combat final, l'on peut penser que le retour du Jedi n'est pas celui de Luke …

Pour ce dernier épisode, la magie Star Wars fonctionne donc à plein régime. Tout est là : les personnages, les décors, la musique, les sons, les vaisseaux, les aliens.
Et dès 1983, George Lucas imagine insérer sa trilogie dans une œuvre de 9 épisodes, avec 3 préquels et 3 séquels. Dans le numéro hors série spécial Retour du Jedi de " l'Ecran Fantastique " nous apprenons aussi qu'il désire attendre 10 ans avant de poursuivre la saga. 10 ans, cela paraît long pour un môme, mais 15 ans après la prophétie s'est réalisée.


EPISODE I : La menace fantôme :

Autant le dire tout de suite : il manque quelque chose à ce film.
L'ambiance Star Wars est toujours là : les épées laser, les gunfights, les vaisseaux en hyperespace, etc …
Seulement, la magie des trois premiers s'est évaporée.
L'histoire : la toute puissante fédération du commerce fait un blocus illégal sur la planète Naboo. Les 2 chevaliers Jedi envoyés pour clarifier la situation sont pris à partie et parviennent à s'enfuir avec la Reine. Le passage obligé sur Tatoinne nous amène vers Anakin Skywalker. La saga Star Wars peut débuter.
L'on retrouve par la suite des personnages que l'on connaît bien : Obi wan Kenobi, Yoda, Greedo, Jabba, C3-PO et R-D2.
D'autres sont introduits : La Reine Amidala, Qui Gon Gin, Mace Windu, Darth Maul, plus un mystérieux fantôme.
Les belles scènes se succèdent mais il manque un liant entre elles. Les personnages sont aussi trop nombreux ou un peu noyés dans les décors. L'on n'a pas le temps de s'attacher à eux. Le reproche que l'on peut faire à George Lucas est aussi d'avoir introduit le concept de midichlorien, détectable par une simple analyse sanguine, et qui détermine si oui ou non vous êtes un Jedi potentiel : où est passé le côté mystique de la Force ?
C'est donc un peu déçu que je suis sorti des deux séances mais la super édition du DVD a ranimé ma flamme. La menace fantôme est tellement riche visuellement qu'il fait partie de ces films pour lesquels on prend plus de plaisir à chaque fois que l'on les voit.

Fabrice







EPISODE V : L'Empire contre attaque.

Comme le 2ème acte d'une tragédie grecque, ce second volet de la trilogie Star-wars est le plus sombre.

L'Empire va gagner une bataille (voir les splendides scènes sur Hoth, la planète des glaces). L'idylle naissant entre Han Solo et Leia est brutalement interrompue par l'emprisonnement du jeune homme dans la carbonite.

Enfin, Luke apprend que son père n'est autre que Dark Vador (il en perd d'ailleurs la tête et une main).

Les effets spéciaux sont toujours aussi beaux et nous retiendrons surtout le personnage de Yoda, animé par le marionnettiste du Muppet show, Franch Oz.

Ce film apparaît plus indécis que le premier, moins manichéen. Le réalisateur choisi par Lucas, Irvin Kershner (vieux de la vieille !, metteur en scène de Jamais plus Jamais), a su mettre les acteurs en scène avec un jeu plus dramatique, plus profond que le premier film.

Si le visage du héros Luke Skywalker nous apparaît plus torturé, plus marqué, ce n'est pas dû aux griffes du Wampa, mais à un accident de voiture avant le tournage.





 
 
 rurui 11/01/2008 09:
 je vais te faire le comment du 2 ...... 3 ans après sa sortie ..... et du 3 en direct du chinese theatre ....; by by bisou à mouss 21/04/2005 12:

25/08/2006 DVD : "Rick Derringer - Live at Cheney Hall" 
08/08/2006 DVD : Dream Theater 
03/08/2006 DVD : 10 Years Later... avec Jools Holland 
14/06/2006 DVD : le dernier New York Dolls 
26/05/2006 DVD : Korn 
24/04/2006 DVD : Festival de Coachella 
19/04/2006 DVD : Son Volt 
12/04/2006 DVD : Chuck Berry & Keith Richards 
06/04/2006 DVD : PJ Harvey 
23/02/2006 DVD live : Depeche Mode